Bali-Bamende 1

Fiche technique

 

  • Taille
    Largeur : 10 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    53 cm.
  • Poids : 
    767 grammes.
  • Matériaux : 
    Bois, fer, cuir et peau.
  • Pays : 
    Cameroun, Nigéria.
  • Ethnies : 
    Bali, Bamendé.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1930
  • Autres informations :
    Ex collection Belge.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Armes traditionnelles d’Afrique
    de Tristan Arbousse Bastide.
    P 171/177.

Synopsis

 

Couperet d’exécution

Ce couperet nous vient des populations situées à proximité du golfe de Guinée, de part et d’autre de la frontière du Cameroun et du Nigéria.
Ces armes sont attribuées aux Bali, Tikar, Bamendé, Baya, Kaka etc… vivant dans la savane et les hauteurs. du Grassland.
L’usage le plus souvent évoqué est celui d’instrument d’exécutions capitales.

Bon nombre d’autres types de couperets africains ont pu jouer un rôle dans l’exécution de sentences.
Les couperets du golfe de Guinée seraient tout autant associés à ce type d’usage.

En général, la lame est assez large et le tranchant légèrement divergent, avec un bout de lame tronqué, ce qui leur donne des qualités techniques proches du hachoir.
Ceci dit, il ne faut pas exagérer leur rôle comme étant uniquement des objets d’exécutions.

Les exécutions étaient exceptionnelles et graves, de plus elles nécessitaient une préparation rituelle du corps et de l’esprit.
Les couperets africains sont devenus également des symboles de puissance et d’autorité exhibés par les tenants du pouvoir judiciaire lors de nombreuses cérémonies publiques.
C’est le cas des couperets de la région du Grassland au Cameroun.
Ces attributs coûteux et exceptionnels étaient réservés aux chefs, aux rois et à toute personne garante de l’équilibre social de la communauté.

 

Descriptif de l'objet


Cette arme a une poignée en bois en forme de T ainsi que la fusée en forme de cylindre étranglé avec des éléments en cuir pour la recouvrir.

La lame s’élargit en trapèze aux bords concaves jusqu’à l’extrémité tronquée.
Le milieu de la lame est marqué par un renflement bombé, puis une nervure longitudinale excentrée marque un décrochement dans la surface de la lame.

Une lucarne non traversante est présente dans la partie centrale plus large de la lame, cela, recto-verso.
La lame est épaisse et lourde.
Objet bien conservé.

@ll@n