Banda Vidri 3

Fiche technique

  • Taille
    Largeur au plus large : 24 cm. 
  • Hauteur :
    42 cm.
  • Poids : 
    340 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, fibres végétales.
  • Pays : 
    Centrafrique, Soudan du Sud, République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Banda.
  • Ethnies : 
    Banda, Vidri.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1900.
  • Autres informations :
    Ex collection J-Yves Couet.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    African métal implement,p 28.
    The Cutting edge p 73/77.
    De fer et de fierté p 106/107.

Synopsis

Afrique Équatoriale et Centrafrique.

Le territoire de la République Centrafricaine correspond à celui de la colonie française d’Oubangui qui fait partie de l’Afrique-Équatoriale française ou AEF.
L’Afrique Équatoriale Française, ou A.E.F, était un gouvernement général regroupant au sein d’une même fédération quatre colonies françaises d’Afrique centrale, entre 1910 et1958.
Constituée en plusieurs étapes et s’étendant du désert du Sahara, au fleuve Congo et de l’océan Atlantique aux monts du Darfour,
elle réunit à terme le Gabon, le Moyen-Congo (dont une partie correspondait au Gabon, une autre à l’actuelle République du Congo), le Tchad et l’Oubangui-Chari (devenu la République Centrafricaine).
Sa superficie atteignait 2.500.000 km², soit environ quatre fois celle de la France.
Son chef-lieu était Brazzaville (République du Congo), résidence dugouverneur général.

Après l’indépendance, le pays a eu à sa tête différents régimes autoritaires.

La plus grande partie de l’Afrique Équatoriale Française s’étendait sur un plateau granitique, entouré par les massifs du Tibesti, de Ouadaï et du Fertit au nord-est.
Du Darfour à l’est et par les monts de Cristal et du Mayomba au sud-Ouest.

Deux cuvettes occupaient les parties centrales et méridionales du territoire.
La cuvette du Tchad, ancienne mer asséchée dont subsiste encore le lac Tchad.
La cuvette du Congo, où se trouvent le fleuve du même nom et ses principaux affluents, l’Oubangui, la Sangha et l’Alima.

 

Ancienne carte Afrique équatoriale française. Ministère de la France d’Outre-mer.

Descriptif de l'objet

Ce couteau est d’une ancienne forge brute, pleine de défauts, d’une usure régulière avec quelques coups sur le pourtour de lame.
Il est un peu plus compact que les autres modèles présentés.

La tête est beaucoup moins fine avec les deux pales faisant plus de cinq centimètres au plus large.

Aucune décoration sur cette lame, par contre la poignée en osier/rotang est de très belle qualité et infiniment bien tressée, faisant 8 mm d’épaisseur.

Belle arme dans sa simplicité, on sent une arme de frappe.

Cette arme faisait partie d’un grand tableau avec une vingtaine de couteaux de jet Banda, datant de 1900.
Achetée à Paris au Parcours des mondes, à la galerie J-Yves Couet.

@ll@n