Budu 1 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 20,5 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     38 cm.
  • Poids : 
    606 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Budu.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection française, héritage d’un ancien consultant africain.
    Antiquaire Gilbert. Amilly..
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 44.

Synopsis

Les Budu

Les Budu («Boudou») vivent dans la province orientale de la République Démocratique du Congo, de chaque côté de la rivière Nepoko, qui rejoint une autre rivière plus connue, l’Ituri.

Les Budu sont séparés en plusieurs communautés, mais ils se considèrent comme un seul peuple.
De part et d’autre, nous avons le territoire des Wamba qui est une partie du district du haut Uélé et les Ibambi, à l’est du Wamba.
Le territoire Budu est en pleine forêt tropicale, isolé et très inaccessible aux véhicules.
Les Budu vivent aux rythmes de l’agriculture de subsistance.
L’huile de palme est leur principal revenu.
Ils cultivent le manioc, l’igname, le maïs et le riz, ils se nourrissent également de bananes plantain, d’arachides et de légumineuses.

L’élevage est peu exercé, quelques volailles et chèvres seulement.
La viande leur est fournie par les Pygmées avec qui ils font du commerce et ont une langue commune, le Bantou.
(Les Pygmées de l’Ituri sont de bons chasseurs-cueilleurs et les plus anciens habitants autochtones du Congo.)
L’organisation de la famille est patriarcale, les décisions importantes sont prises par consentement mutuel des aînés.
Les Budu portent des pagnes en écorce battue ou des vêtements récupérés chez les Occidentaux.
Ils vivent dans des huttes de forme carrée faites de boue séchée et de chaume de feuilles de palmier.

 

Descriptif de l'objet

 

Très beau couteau classé dans le type faucille d’influence Mangbetu.
Lame puissante, belles marques de forge.
La soie, a partir des deux excroissances, est épaisse de 6 mm avec un pincement forgé du métal recto-verso, juste avant la poignée.

Décors poinçonnés triangulaires entre les deux tenons recto-verso.
Très belle poignée en ivoire, patine exceptionnellement douce légèrement orangée, certainement due à la manipulation.

Les poignées en ivoire, nous confortent dans l’idée que ces armes étaient des armes de prestige, pour notables, chefs, hauts dignitaires.
Vu la valeur de l’ivoire, au même titre que les armes en cuivre, elles devaient avoir une signification hiérarchique, de rang social et de pouvoir.

@ll@n