Bumali Pomo 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 25 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     64 cm.
  • Largeur de courbe :
    80 cm.
  • Poids : 
    577 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, fils de laiton, cuivre et bois.
  • Pays : 
    République Centrtfricaine, Gabon, Congo Brazza.
  • Peuple : Gbaya.
  • Ethnies : 
    Bumali, Pomo.
  • Période estimée : 
    Années 1890 -1910
  • Autres informations :
    Salle des vente de Rouen Sequana.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms monographs
    vol 1/n°1 p 62.

  • ************************
  • Cette arme provient d’un sergent du 5ème régiment du génie, campagne 1912-1914.
    Souvenir de la mission de délimitation des frontières camerounaises et d’Afrique Équatoriale française.

    *******************************

Synopsis

Mbartoua le guerrier


Les Gbaya sont un peuple de Bantous vivant sur sept pays déjà cités antérieurement.
Cette fois on va parler de la ville de Bertoua et du guerrier Mbartoua qui est reconnu pour être le fondateur de cette ville dans la province de l’est du Cameroun, la capitale provinciale de la plus grande région forestière du Cameroun.

Mbartoua était en conflit avec les colonisateurs qui voulaient réaliser un certain nombre de choses, auxquelles il s’était opposé fermement.
Compte tenu de son statut de chef, les Blancs ne pouvaient rien entreprendre sous peine d’aggraver les choses.
Une situation qui à provoqué leur courroux. Ils ont donc décidés de le contrôler.
Souhait irréalisable car Mbartoua était doté de pouvoirs surnaturels qui lui permettaient même de disparaître et de se cacher dans une grotte à plusieurs compartiments, qui d’ailleurs est devenue mythique et porte son nom.
Après plusieurs tentatives sans succès, ils décidèrent de capturer son fils ainé et de menacer de l’emmener si Mbartoua ne se livrait pas.
Présent, mais invisible, il va leur répondre en ces mots : «C’est moi que vous voulez ? Me voici !«.
Et il retire son chapeau mystique, qui lui permettait d’être invisible.
Aussitôt il fut abattu par des balles tirées à bout portant.

Ainsi s’achèvera la vie d’un grand chef en 1903, tué par les colonisateurs.
Très hostile aux colonisateurs, Mbartoua a brillé par son pouvoir et sa capacité à rendre difficile la mission soi
-disant civilisatrice des Occidentaux.

 

 

Descriptif de l'objet

 

Ce couteau Bumali-Pomo est surchargé de métaux précieux pour les Africains, cuivre et laiton, certainement le couteau d’un homme de rang.

Le corps est gainé sur les trois-quarts de sa hauteur de fil de laiton enroulé, je pense, sur une petite épaisseur de cuir donnant un relief plus important.

Il doit même y avoir en dessous deux barres fines de rotang ou de fer, ce qui marque plus le creux large du corps.
Des petites encoches sont présentes sur le champ arrière de la lame jusqu’en haut de la tête, y compris le retour.
On en voit également quelques-unes sur l’arête intérieure au-dessus de l’habillage.
Cela doit, je pense, maintenir le fil de laiton bien en place.
L’affutage se trouve au-dessus de la tête et au-dessous sur la courbe redescendant vers la limite de l’habillage de laiton.

La poignée en bois est assez grosse, cylindrique, avec évasement en haut et en bas, habillée de fils de cuivre et de laiton.
L’évasement terminal possède des clous de tapissier en laiton sur le pourtour.
La soie traverse la poignée et est pliée en dessous dans le bois.
Un trou traverse la poignée en surface et passe sous la soie pliée, faisant un couloir où il reste un morceau de cuir devant servir de lanière.


@ll@n