Lobi 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 23 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    55 cm.
  • Poids : 
    725 grammes.
  • Matériaux : 
    Bois.
  • Pays :
    Haute Volta, « Burkina Faso, Nord-ouest du Ghana ».
  • Peuple :
    Lobi.
  • Ethnies : 
    Lobi.
  • Période estimée : 
    Années 1920-1940
  • Autres informations :
    Vente Rennes enchères. Carole Jezequel.
    Succession du général Gustave Maignan 1880-1945.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
     

Synopsis

Situation Lobi


La seule autorité est celle du père de famille. La femme occupe une place très importante néanmoins.
Ils profitent de la saison sèche pour fêter les grandes funérailles réunissant de nombreuses personnes.
Le tan (bière de mil) coule alors à  flot… Dans des marchés, des concessions familiales, nous rencontrerons ces autochtones d’un autre temps.
Ce peuple pratique également de nombreuses initiations dont le djoro qui est encore de nos jours un facteur incontournable d’intégration sociale.

Chaque village possède féticheur (prêtre attaché au service d’un fétiche – ou divinité -), sorcier (avec pouvoirs surnaturels), charlatan (= devin). 

Le long de la frontière occidentale du Ghana et sur la moitié est de la frontière ivoirienne, dans l’une des régions les plus défavorisées du pays, plusieurs ethnies apparentées, au passé parfois commun, forment l’une des communautés culturellement les riches du pays.

Lobi, Dagari, Gan, Birifor, Pwe et Dan se répartissent ainsi un vaste territoire autour des villes de Goua, Lopopéni, Batié, Diébougou et Dissen.

Principalement présents au Burkina Faso, ils comptent cependant de nombreux villages au Ghana et en Côte d’Ivoire.
Il est commun d’appeler  » Lobi  » cet ensemble d’ethnies sans limiter cette appellation aux Lobi proprement dits.

Les Lobi, dont le nom signifierait en Lobori (la langue des Lobi) –  » Enfants de la Forêt « ) , viendraient du Ghana après avoir traversé le fleuve Mouhoun qui revêt d’ailleurs pour ces populations un caractère sacré.
Considérés comme des fermiers, des chasseurs et des éleveurs, ils sont avant tout des guerriers.
C’est cette réputation qui fait l’identité profonde des Lobi mais aussi de leurs cousins Birifor, Gan ou Dagari.
Tout rappelle chez eux que leur histoire s’est faite des résistances contre les raids des tribus voisines du Guiriko et du Kénédougou, et des razzias esclavagistes jusqu’au milieu du XIXe siècle : leurs maisons sont des petits fortins impénétrables, et l’arc et ses flèches empoisonnées, dont aujourd’hui encore les populations rurales ne se séparent pas, sont l’emblème de leurs talents guerriers.

Texte J-Pierre Caillon, Les Lobi, Dagari, Gan, Birifor et apparentés.

                                             Emplacement des pays A.O.F.

Descriptif de l'objet

 

Voici la deuxième crosse en bois assez lourde collecté par le Général Gustave Maignan en haute Volta, maintenant Burkina Faso depuis le 4 août 1984.
Bois lourd à patine claire et parties teintées, un peu plus courte que l’autre et moins lourde.
D’une seule pièce également, sculptée dans le sens des fibres naturelles du bois, certainement en partant de la racine dans le même concept que l’autre.
La tête en forme de gros bec est lourde, ce qui en fait une arme redoutable.
Légère fente de dessiccation du bois sur la tête, la poignée est un peu usée à l’endroit de la prise en main.
Belle patine sur un bois assez clair, avec la crête teinté en sombre.

@ll@n