Mangbetu 1/3 B

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 25 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     39 cm.
  • Poids : 
    573 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois, fil de fer torsadé.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple : Congolais
  • Ethnies : 
    Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1920
  • Autres informations :
    Salle des vente de Dijon.
    Ex collection française.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 190.
    Tribal arms Monographs vol 1/n°3 p 24.

Synopsis

L’art de la parure 1


De nombreux objets ethnographiques collectés par Lang et Chapin* ont été conçus pour orner le corps de leurs propriétaires. 


Ces objets comprennent des épingles à cheveux en ivoire finement sculptées et en métal forgé, des chapeaux tissés et à plumes, des ceintures et des bijoux très élaborés en verre, en partie de plantes et d’animaux, en fer et en cuivre.

Les Mangbetu portaient aussi parfois des tissus d’écorce ornés de motifs graphiques fluides et des tabliers dorsaux plus épais faits de feuilles de bananier pour couvrir leurs fesses.
Chacun de ces objets étaient fabriqués avec un grand souci de qualité et une conscience aiguë du style et de l’effet esthétique.

*Entre 1909 et 1915, le mammologue Herbert Lang (1879-1957) avec l’assistant James P. Chapin (1889-1964) a dirigé l’expédition du Congo.
Les deux scientifiques ont collecté et documenté des collections zoologiques, botaniques et anthropologiques et ont produit des images peintes et photographiques de l’environnement naturel et humain.

         Femmes Mangbetu ornée de leur Negbe, bracelets, coiffure avec leurs pics

Descriptif de l'objet

 

Cette faucille Mangbetu fait également partie du 1er groupe, la nervure centrale est magnifique, large et épaisse, des deux côtés de la lame.
La pointe est plus plongeante dans sa courbe.
Belles traces de forges sur la lame.
Trois trous de la même taille sont présents sur cette arme, deux sur l’intérieur inférieur de la lame et un en côté extérieur.
Les deux excroissances sont là, elles aussi mais plus présentes en forme de tronc de cône inversé.
On note également les deux encoches à la base du départ de lame.
La poignée est classique avec son épaulement lui servant de base, sa remontée cylindrique et la partie haute de section elliptique.
Cette dernière partie est ornée d’une bande de fils de fer tressés enroulés jusque sur la partie cylindrique.

@ll@n