Mangbetu 2/6 B

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 20 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     44cm.
  • Poids : 
    475 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection Éric Claude.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 190.
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 36.
     

Synopsis

Poterie et céramique

  La poterie domestique utilisée pour cuisiner et servir était fabriquée dans un large éventail de formes et de motifs (voir Schildkrout, Hellman et Keim 1989).
La plupart des pots avaient plusieurs fonctions. Lang écrit :

 » Le grand pot (nembwo) sert à des fins générales, comme prendre l’eau des rivières pour cuire les aliments végétaux, pour la toilette ou comme réceptacle pour l’eau.
L’eau pour la cuisine, la boisson et les toilettes est généralement prise au milieu d’une rivière.
Ce travail est effectué uniquement par les femmes, qui portent le pot sur l’une de leurs épaules.
Elles portent rarement une jarre sur leur tête en raison de leur coiffure élaborée. « 


Les pots étaient fabriqués par la méthode du serpentin et cuits sur un feu ouvert.
Les motifs de surface étaient appliqués avec les mains ou avec de petits outils, notamment des grattoirs en coquillage et des roulettes en bois.
Les motifs incisés, les dépressions travaillées en surface et les paniers fabriqués pour s’adapter aux pots étaient aussi bien fonctionnels que décoratifs : ils empêchaient les pots sans anse de glisser.
Les pots avec des poignées et de longs cols contenaient des liquides que l’on buvait avec des pailles.
M. Lang a rassemblé un large assortiment d’outils de poterie et a décrit comment les femmes Meje fabriquaient des poteries :

(Suite dans Mangbetu 2/7 B).

Danga. UN ÉMINENT CHEF MANGBETU.
A côté de lui se tiennent deux servantes du corps et derrière se trouvent certains de ses hommes.
La grande médaille qui pend à son cou est le signe officiel de son « grade » reconnu par l’administration belge.
Il en est très fier.
Son village est représenté ci-dessus.

Descriptif de l'objet

 

Pour ce couteau de forge Mangbetu, je pense qu’il s’agit en fait d’une variante du 2ème groupe.
L’excroissance à l’arrière représente probablement la détente d’une arme à feu, j’en ai déjà vu sur l’intérieur de la lame.

La curiosité de cette arme, c’est qu’elle se termine non pas en pointe effilée, mais tronquée, c’est peut-être une des rare armes à démontrer que les Mangbetu ont pu être influencés par d’autres ethnies, comme par exemple les Baali ou les Budu.

À noter également une petite frange ciselée de plusieurs triangles, verticalement le long de la base de la nervure partant de la poignée, ainsi que des petits crans sur certaines arêtes de l’arme.
Trois perforations verticales dont celle centrale, plus petite.
La poignée est classique avec une belle patine d’usage.

@ll@n