Mangbetu Atypique D 2/2 B

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 19 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     41cm.
  • Poids : 
    445 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo, République Centrafricaine.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection J.M Desaive,
    Art Galerie Bruxelles.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 190.
     Tribal arms monographs vol 1/n° 3 p 31.

Synopsis

Matériaux et fabrication 2

 Les Mangbetu ont largement exploité leur environnement pour obtenir un éventail de matériaux de fabrication qui, une fois soumis à leur expertise technique inventive, ont donné des articles utiles et beaux.

Deux éléments de mobilier étaient particulièrement importants pour les chefs.
L’un d’eux était un banc fabriqué à partir des nervures centrales de palmiers et de lattes de bambou fendu.
Le dessin de Mbunza réalisé par le botaniste allemand Georg Schweinfurth le montre assis sur un tel banc.
Ces bancs étaient fabriqués dans de nombreuses tailles ; certains avaient de longues extensions pour servir de litière, comme celui que Lang a collecté et photographié avec la femme du chef Okondo, Nenzima, assise dessus.
L’autre élément du mobilier était le dossier placé derrière le banc et décoré de clous en laiton ou de fil de cuivre.

                                  Munza « chef Mangbetu » sur son banc sacré.

Descriptif de l'objet

 

Cette faucille Mangbetu est très particulière, elle fait partie d’une catégorie que personnellement je met à part, « trumbash décalé ».
En fait c’est une variante de la série des premier et deuxième groupes, avec les mêmes références de base sauf que la lame est décalée par rapport à son axe et à la poignée.
Bien sûr, ces armes peuvent avoir de nombreuses variantes suivant les influences des ethnies avoisinantes.
Pour celle-ci, la poignée est classique du deuxième groupe, en bois, traversée d’un bout à l’autre par la soie de la lame.

La base de la lame et la nervure sont très épaisses, avec une perforation de style Yakoma, Sango ciselée sur son pourtour.


La lame est décalée par rapport à l’axe de la poignée, perforée de quatre trous verticaux de même taille, plus quatre autres plus petits au-dessus.

La lame est identique de chaque côté, avec trois ergots à pans plats sur l’extérieur et un à l’intérieur.

@ll@n