Mangbetu type 2/5 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 19 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     38 cm.
  • Poids : 
    541 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies :
    Mangbetu
  • Période estimée : 
    Années 1800-1920
  • Autres informations :
    Salle des vente Drouot Paris.
    Origine expert. Serge Reynes.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires :
     
    Tribal arms monographs vol 1/n° 3 p 36.
    White gold ivory sculpture in Congo vol 8. P 183.
    Marc Léo Félix.

Synopsis

Territoire et culture (suite)


Les Mangbetu ont la particularité d’être les fondateurs de l’un des rares systèmes politiques centralisés d’Afrique centrale.

Le territoire qui a finalement été gouverné par les Mangbetu s’étendait sur environ 300 kilomètres à l’est du bassin de la rivière Uele et sur environ 150 kilomètres au nord de la rivière Nepoko. 

L’environnement favorable de l’écosystème forêt-savane a attiré une grande variété de groupes humains.

Les immigrants de l’est et de l’ouest ont eu tendance à rester dans cette région riche en abondance plutôt que de la quitter.

Les immigrants du nord ont été attirés dans la région par ses ressources et ont été empêchés de se déplacer plus au sud par la barrière forestière.
Les affrontements et les mariages mixtes qui en ont résulté ont contribué à la variété ethnique et culturelle de la région.

Il existe au moins quinze dialectes appartenant à trois familles linguistiques différentes, qui, à leur tour, font partie de deux grands groupes linguistiques (KEIM 1979).

Les Mangbetu, ainsi que cinq autres groupes, parlent la langue kere (plus souvent appelée « Mangbetu »).

Le kere est classé dans la famille des langues soudaniques centrales, qui fait partie d’un groupe plus large de langues chari-niliennes.

                  Femme Mangbetu avec aiguille en os de singe traversant l’oreille.

Descriptif de l'objet

 

Voici une variante du type 2 des faucilles Mangbetu.
L’excroissance située au milieu et à l’avant nous fait penser à la détente d’une arme à feu.
Belle lame forgée avec partie d’arête bien épaisse ainsi que la base de la soie hachurée verticalement sur un seul côté.

Deux tétons tronconiques inversés sur le dos de la lame et un autre côté intérieur sous la queue de détente.

Ces ergots en forme de queue de détente ne sont attestés que sur des armes anciennes, datant de la fin 19éme début 20éme,
à l’époque où les Mangbetu ont hélas fait connaissance avec les armes à feu.
La longue poignée en ivoire est douce et satinée avec quelques fentes de dessiccation.

@ll@n