Medje Mangbetu 1/B

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 20,5 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     45 cm.
  • Poids : 
    677 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois, bandes de fer, clous de tapissier, laiton.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Medje, Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1890-1920
  • Autres informations :
    Ex collection Éric Claude.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 190.
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 32.

Synopsis

Vie de village


 Les Mangbetu étaient réputés dans la région pour leurs talents de forgerons et de sculpteurs, et les meilleurs sculpteurs étaient souvent aussi des Medje, une sous-ethnie Mangbetu, et ils étaient également de bon forgerons.

Les femmes se rendaient dans les champs avec de grands paniers de transport accrochés à leurs épaules et à leur front, et revenaient chargées de bananes et de plantes sauvages, y compris des feuilles de la forêt, des racines, des tubercules et des champignons, ainsi que des termites et autres insectes.
Les activités de collecte des hommes s’étendaient plus loin.
À l’aide de différents types de pièges, ils capturaient des pintades, des pigeons, des râles d’eaux, des grives, d’autres petits oiseaux et toutes sortes de rats.
Lang*  écrit :  » Très souvent, ils dégagent un endroit dans une plantation de quatre à huit mètres carrés, mettent de la nourriture sur le sol et disposent un certain nombre de pièges jusqu’à ce que tout l’endroit soit couvert.
Ils peuvent attraper cinq à sept pintades d’une seule volée, ce sont de bon piégeurs ».

En plus de maîtriser les connaissances techniques nécessaires pour trouver et piéger un okapi, le chasseur devait se protéger du malheur qu’il risquait s’il tuait cet animal insaisissable.
Les brins de liane tressés portés sur le bras du chasseur étaient des médicaments, appelés « emupeti ».
Ils ont été soigneusement préparés afin de protéger le chasseur de la maladie ou de la mort.
(Voir photo ci-dessous),Extrait de African Reflections : Art from Northeastern Zaïre.

                        Chasseur d’okapi, Medje 1910. AMNH Archives, 111997.

       ***************************************

* Lang : Herbert Lang était un mammalogiste, un chasseur, un ethnographe et un photographe.
Chapin a remarqué l’énergie illimitée de Lang, déclarant que pendant l’expédition, il a souvent travaillé toute la nuit pour préparer des spécimens zoologiques et développer des photographies.

                                 Herbert Lang, 1909. AMNH Archives 104894.

Descriptif de l'objet

 

Ce couteau faucille Mangbetu, élancé, d’une conception différente, nous vient de la région sud, du côté Baali, Liko.
Fabriquée par les Medje, elle représente une transition entre les armes typiques Mangbetu et celle des Budu, Liko et Baali.

Elles ont une lame et une poignée plus étirées, le côté arrière de la lame est droit ou très légèrement arqué jusqu’à l’endroit où elles se courbent pour se projeter en pointe.

Les excroissances sont plus petites, souvent une seule en bas de l’intérieur de lame (côté tranchant). Rarement du côté arrière.
Le manche est plus long et plus fin, on le retrouve chez les Liko, et les Budu.
Sur le modèle présenté, la poignée est habillée de bandes de fer plat enroulées autour, ainsi que deux rangées de clous de tapissier en laiton.

Une couronne de clous se trouve également en bout de poignée.

La nervure de la lame est forte mais arrondie, sans arêtes vives.
L’arme est puissante et lourde, l’impact du coup porté doit être massif.
Pour ma part, je trouve que c’est une belle arme de forge Medje.

@ll@n