Ngata 1

Fiche technique

  • Taille
    Largeur : 14 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    49 cm.
  • Poids : 
    393 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer, bois, cuivre.
  • Pays : 
    Zaïre, Congo, République Démocratique du Congo.
  • Ethnies : 
    Ngata.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1900.
  • Autres informations :
    Ex collection Janceko.(73 ans) en 2020.
    Ex collection familiale de son père.
    Collection Mémoire-Africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale p 122 / 132.
    Tribal arms monograph.
    vol 1/ N°2 p 35.

Synopsis

Février 1877…

Les Ngata sont un peuple bantou d’Afrique Centrale établi en République Démocratique du Congo.
Les forgerons Ngata fabriquent des poignards/couteaux en fer, utilisés pour les exécutions.
Ils forgent également des figurines mais leur usage reste inconnu.
L’un des usages le plus souvent invoqué est celui de couteau d’exécutions capitales.

C’est en février 1877 que le premier Blanc aperçut ce type de couteau, chez les Iboko (Ngata) vivant au bord du fleuve Zaïre.
Longtemps les Blancs ont cru que c’est eux qui fabriquaient les Ngulu simple et les lobala les Ngulu double.
Mais en fait c’est inexact, les Iboko (Ngata) étaient de piètres forgerons.
C’étaient les artisans forgerons Ngombe et Doko, qui fournissaient les peuples avoisinants.
Les Nzombo ainsi que les Lobala étaient également fabricants de couteaux d’exécution, mais le travail de forge était différent de celui des Ngombe, leurs voisins.

Celui qui est présenté est de forge ngata, moins fine, mais tout aussi belle.

Descriptif de l'objet

La forge de cette arme est ancienne et épaisse, avec un renfort plat assez large sur son centre axial.
Ce méplat est marqué par trois rainures ciselées, parallèles, de chaque côté et il monte en haut des deux têtes extérieures.
Au moment de la forge, le haut de lame a été fendu en trois parties relativement égales sur environ un tiers de la hauteur.

Les deux parties extérieures ont étés écartées de manière à former deux parties galbées en arcs extérieurs, qui elles-mêmes ont été refendues plus bas pour reformer deux autres petites courbes.
Ces deux doubles arcs forment deux pinces arrondies qui se rapprochent leurs pointes face à face, formant presque un cercle.
La partie centrale fendue a été enroulée en spirale serrée sur l’extérieur, d’un côté sur un axe en cuivre et de l’autre en laiton.
Le tout donne une espèce de tête de scorpion entourée de ces deux pinces.

La poignée en bois, au départ est de forme elliptique, rainurée au centre des deux côtés et habillée de bande de cuivre large sur sa moitié basse.
Cette partie s’appuie sur deux parties cylindriques à doubles cônes inversés telle deux toupies et se termine par une partie fine cylindrique et arrondie.
Un épaulement intérieur large en haut est bagué avec un bandeau de fer, maintenant la poignée sur la soie.

Très belle arme hiérarchique bien conservée.

@ll@n