Ngombé Doko 4

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 26 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     76 cm.
  • Poids : 
    567 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forge et bois.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo, Ex Zaïre.
  • Peuple :
    Ngombé.
  • Ethnies : 
    Ngombé,Doko, Poto.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection USA.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms monographs vol 1/n°1 p 34.
    .

Synopsis

Traditions de fabrication


Les Ngombé
avaient l’art de fabriquer des pirogues.
Elles ont été mises à profit par les riverains dans la circulation fluviale comme moyen de communication le plus prisé.

Plus tard au nord, les pirogues Kundo et Ngombé seront utilisées par les Ngwe, les Odiyo et les Sango pour le développement des activités commerciales de l’Ubangi au 17ème Siècle.

Les Ngombé fabriquaient aussi des instruments traditionnels et folkloriques de musique : Le mbonda (Tam-tam), le ndundu (Tambour), le mongungu (Lokolé), le mopaté ou mondulé (Corne d’antilope), le mokembe (le gong), le ngombi (sanza).

Ce peuple est aussi forgeron ; depuis toujours, il utilise le fer pour fabriquer ses armes de chasse telles que : le ngbange autrement appelé mosuki ou l’ikongo, qui sont les différentes sortes de lance.
Ils fabriquaient également d’autres armes traditionnelles de chasse comme le likpangola ou ngwa (machette).
Tous les Ngwa que ce peuple fabriquaient n’avaient pas la même utilisation ou la même considération.

Il y avait celles qui étaient considérées comme simples machettes qu’on utilisait pendant la chasse.
D’autres, qui avaient la forme d’une épée droite ou courbée, étaient gardées dans la housse fabriquée à base de la peau d’un animal féroce carnivore, et souvent portées au tronc.
C’est ce qui marquait la bravoure de l’homme.

Cette épée, on ne la sortait pas n’importe comment ni n’importe quand.
Une fois quelle était sortie, on ne devait pas la rentrer dans la housse sans avoir goûté au sang.
C’est ainsi que, même si un homme était en colère ou s’il s’était battu avec quelqu’un d’autre, il était strictement interdit de sortir son épée pour se défendre avec elle.
La sortie de l’épée était synonyme du sang à faire verser.
Si on n’a pas réussi à blesser son adversaire, on doit se blesser soi-même sinon on est rangé au rang des femmes.

Une autre catégorie de ngwa était celle qui était fabriquée en cuivre pour servir aux éléments de la dot.

 

Descriptif de l'objet

 

Ce grand couteau faucille du groupe 1 est forgé par les Ngombé, sa décoration en petites ciselures fines sur les deux faces est typique.
Sa forme de tête au milieu, évasée de chaque côté est assez rare et lui donne une forme élancée très aérienne.
Une belle rainure profonde court le long de la dorsale de l’arme jusqu’à l’épaulement de tête.
La poignée est trop petite à mon goût et le maintien de l’arme pour la précision est difficile.

@ll@n