Tétéla Sungu p.c 1

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 7,5 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     34,7 cm.
  • Poids : 
    281 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois, zinc et cuivre.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Descendance Mongo.
  • Ethnies : 
    Tétéla, Sungu, Kusu.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection française.
  • Vente MOA Beaune.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Panga na Visu p 168.

Synopsis

Trois modèles de couteaux Sungu

 
Les ethnies vivant dans le centre-est de la République Démocratique du Congo, du côté du cour moyen du fleuve Lualaba comme les Tétéla, Sungu et Kusu sont associées à un type de couteau très particulier et reconnaissable.
Leur morphologie en fait plus des poignards ou des dagues.
Ces armes présentent trois types de montures différentes, pour des silhouettes de lame qui ne varient pas beaucoup.

Le premier type de manche est long et totalement ou partiellement recouvert de feuilles de métaux, comme du cuivre, fer ou laiton, et même de zinc.
Ces recouvrements sont souvent ciselés en linaire, repoussé, le pommeau est en cône très fin et peut être assez long.
La fusée est cylindrique à étranglement central avec une garde arrondie en croissant débordant ou pas de la base de la lame.

Le deuxième type de monture laisse paraître son âme de bois, mais des insertions métalliques sont présentes comme des fragments de feuilles de zinc ou autres, des piquetages de clous de tapissier etc.

Ce manche a la même forme que le précédent, mais plus court et possède  un pommeau en court cylindre étranglé qui surplombe sans transition l’extrémité élargie de la fusée.

(suite dans Tétéla Sungu p.c 2)

 

Descriptif de l'objet

 

Ce couteau de l’ethnie Tétéla, Sungu est référencé p.c 1 c’est-à-dire, Pommeau Court Numéro 1.

La lame symétrique est à trois niveaux de largeur sur sa longueur.
Elle part de la chape de la poignée en évasement extérieur maximum
puis repart à l’inverse en formant un angle de chaque côté pour poursuivre sur une partie droite et ensuite s’affine jusqu’à la pointe terminale.

La lame est de forme parfaite bien rigide avec un demi-renfort en arête centrale sur la partie pointe, puis un méplat assez large, bordé par un fin renfort et une fine ligne centrale recto-verso.

On voit ce type de marquage sur certaine épée courte de l’ethnie Saka qui est également de descendance Mongo.

Si on retourne la lame c’est identique, la partie basse en évasement est crantée sur l’épaisseur.
 

La poignée en bois de base cylindrique, étranglée au centre possède une chape de forme triangulaire bombée, recouverte de feuilles de zinc et cuivre décorées de piquetages.
Le reste supérieur jusqu’au quillon évasé est orné de quatre rangées verticales de petits triangles en zinc  face à face.
En haut en bouton terminal est fixé un pommeau court en cylindre curviligne, en fer, gravé de ciselages profonds.
(voir photo).
 
@ll@n