Yangere Gbaya 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 33,5 cm. 
  • Hauteur :
    37 cm.
  • Poids : 
    366 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, cuivre et fibres végétale.
  • Pays : 
    Afrique Centrale, Congo, République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Banda.
  • Ethnies : 
    Gbaya, Yangere.
  • Période estimée : 
    Années 1890-1910.
  • Autres informations :
    Drouot Paris. Expert S. Reynes.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    The Cuttin Edge p 95/97.
    Beauté fatale p 149.
    Les couteaux de jets du sud, Luc Lefebvre p 36/37.

Synopsis

Histoire de Brazza

 

À Paris, en 1882, Brazza suscite une vaste campagne d’opinion destinée à faciliter la ratification du traité Makoko par les chambres. 

Ayant obtenu satisfaction, il retourne au Congo pour y compléter ses découvertes (1883-1885). 

Nommé commissaire général du Congo français en 1886, il administre la nouvelle colonie.
S’efforçant d’en étendre les limites par des campagnes d’exploration que ses collaborateurs et lui-même dirigent vers la Sangha, le Chari, l’Oubangui et le lac Tchad. 
Mais il se heurte aux grandes sociétés coloniales, avides d’ivoire et de caoutchouc, qui voudraient pouvoir se partager le territoire en concessions.
Sous prétexte d’incapacité administrative, Brazza est relevé de ses fonctions en janvier 1898. 

Il reviendra au Congo en 1905, chargé par le gouvernement d’enquêter sur les exactions commises par les sociétés concessionnaires à l’encontre des populations indigènes (travail forcé, abus du portage, violences contre les personnes). 

C’est au retour de cette ultime mission qu’il meurt à Dakar.  

(Jean-Marcel Champion: agrégé de l’Université, assistant à l’université de Paris-IV) « BRAZZA PIERRE SAVORGNAN DE – (1852-1905) », Encyclopædia Universalis.

 

Dessin de F. Auer.  » PIERRE SAVORGNAN DE BRAZZA & SA FEMME  » ILLUSTRATION DAMBLANS 1905

Descriptif de l'objet

Ce couteau de jet qui nous vient du sud est une très belle pièce, relativement rare, assez massive et épaisse par sa forge.
Les deux pales de cette arme sont très larges et bien affinées sur les bords des arêtes, le corps est épais.

La pointe au-dessus de la poignée a été rapportée et tournée autour du corps par martelage à chaud.

Une belle arête redessine l’arme par l’intérieur de sa face bombée avec une belle insertion de cuivre demi sphérique au centre de chaque pale.

La poignée est recouverte d’une belle tresse en fibre végétale.

C’est un travail de forge assez géométrique et équilibré contrairement aux modèles suivants.
Certainement une arme de prestige pour haut dignitaire.

@ll@n