Banda Mbugbu 6

Fiche technique

  • Taille
    Largeur : 24 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    37,5 cm.
  • Poids : 
    245 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, cuir.
  • Pays : 
    Centrafrique, Soudan du sud, République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Banda.
  • Ethnies : 
    Mbugbu,Yakpa, Wada, Gbodo.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1920
  • Autres informations :
    Ventes enchères Sequana Alencan Rouen.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Kipinga p 108.
    Waffen aus Zentral-Afrika p69.
    The cutting edge p 70/71.
    Afrikanische Waffen p86.

Synopsis

Climat équilibré pour l’Oubangui.

Le climat oubanguien est de type soudano-guinéen à cheval sur la monotonie du climat équatorial et les excès subdésertiques.
On y distingue deux saisons nettement marquées : une saison sèche, du début novembre à la fin mars et une saison des pluies, d’avril à fin septembre.

Pendant la saison sèche, il tombe quelques pluies en janvier, qui représentent pour cinq mois 14 % du total des pluies.
Au milieu de la saison sèche, en février, les températures journalières varient entre 17° et 35° ; l’amplitude mensuelle moyenne est donc assez forte : 18°.
Cependant l’amplitude hebdomadaire moyenne peut atteindre 26°.

La saison des pluies dure en moyenne 227 jours, mais il n’y a que 110 jours de pluies.

Il pleut donc moins d’un jour sur deux d’avril à octobre sous la forme d’averses brutales ou d’orages qui durent seulement quelques heures.
Ces orages se déclenchent assez souvent pendant la deuxième partie d’après-midi.
Aux averses violentes succède le grand soleil, de là une forte évaporation, soit les 4/5 de la pluviosité.
Si les amplitudes journalières présentent de fortes variations d’une saison à l’autre, il n’en est pas de même pour la température moyenne, assez remarquablement constante d’après les chiffres : 26°8 en février et 23°1 en juin.
Les contrastes climatiques sont donc liés avant tout à la répartition des pluies.

Sur les plateaux plus aérés, contrairement aux fonds de vallée, on n’a jamais l’impression de moiteur équatoriale qu’on rencontrer plus au sud, en forêt ou au bord de la mer.

Guerriers Mbugbu, Mobaye.

Descriptif de l'objet

Ce couteau pas très courant de forme provient des Banda de l’ouest, défini par l’excroissance en pointe se trouvant entre les deux ailes supérieures.
Cette excroissance est le résultat de l’influence plus tardive des Nzakara et Zandé.

L’arme est assez légère, la face avant est légèrement bombée, marquée par une ciselure de la forme intérieure de l’arme, indiquant l’inclinaison de la pente d’affutage.

Chaque aile possède une ciselure profonde, à la limite de la perforation marquée par des traits en flashs que l’ont voit également chez les Nzakara et qui nous rappelle également le travail Yakoma.
L’arrière est plat, la poignée est habillée par un morceau de cuir cousu, certainement local, mais ultérieur à la fabrication.

@ll@n