Boa Bandia 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 16 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    78 cm.
  • Poids : 
    528 grammes.
  • Matériaux : Fer forgé, bois et cuir.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo, République Centrafricaine.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Boa, Bandia.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Salle des vente de Beaune.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 211.
    Tribal arms Monographs vol 1/n°1, p 4 et 58.
    Afrikanische Waffen p 91.


Synopsis

Quotidien


Les femmes se livrent habituellement aux travaux champêtres pendant que les hommes vont à la chasse et s’occupent au village de travaux divers.
Les Ababua sont avant tout tous agriculteurs et chasseurs.
Ils se livrent avec ardeur à la chasse, de préférence le buffle, le cochon sauvage, une espèce d’antilope rousse etc..
Ils sont très peu pêcheurs; ce sont les femmes qui sont chargées de cette mission.
Chez les Ababua, le père aidé de ses fils s’occupe principalement des défrichements, de la construction des cases et de la chasse.

Les femmes et les jeunes filles ont pour principale besogne l’ensemencement, l’entretien des plantations et les travaux du ménage.
Les femmes comme les hommes fabriquent les poteries et confectionnent le sel au moyen d’herbes spéciales.
Pour les grands défrichements, le chef de famille se fait aider par tout les hommes de la famille en âge de travailler.

Réf : Hutereau de Hauleville, Ababua Congo (1909).

Descriptif de l'objet

 

Cette belle arme de type faucille nous vient de la République Démocratique du Congo.
La courbe n’est pas de type circulaire ; à partir de la soie, on peut même dire qu’il y a une contre-courbe.
Cette contre-courbe se produit à hauteur de l’ergot en forme de lune crantée sur l’épaisseur, ainsi d’ailleurs que la portion intérieure allant de l’ergot à la poignée.
Cet ergot concave sur la face avant possède trois rangées de tirets superposés verticaux et crantés.

La lame est épaisse sur le dos côté extérieur et diminue en deux phases d’épaulement longitudinal suivant la courbe de la lame jusqu’au fil de lame affutée.
Le dos de la lame vient mourir en renfort central sur l’épaulement de lame plus large et coupant sur les deux arêtes.

Cette tête plus large est striée de lignes parallèles gravées au centre, partant de ce renfort axial.
Un trou se trouve à la base de l’épaulement de tête (voir photo).
La poignée en bois de forme elliptique et conique à sa base est traversée par la soie qui est rabattue sur le bout en maintenant un restant de lanière de cuir de portage.

@ll@n