Boa Mongélima 1

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 4 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     83 cm.
  • Poids : 
    715 grammes.
  • Matériaux : 
    Bois, fer forgé.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Boa.
  • Ethnies : 
    Mongélima, Bengo, Hanga, Angba, Mba.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection Metzer Raymond Alsace..
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms Monographs Vol 1/n1, p4 et 58.
    Afrkanische Waffen p 91
    .

Synopsis

Boa Mongélima


  Cette très belle faucille nous vient du Zaïre, maintenant République démocratique du Congo.
Elle est généralement attribuée aux Mongélima et aux Boa.
Les peuplades voisines les utilisaient également, les Angba, les Hanga ainsi que les Mba ; les Bengé pourraient même en être producteurs.

La finition des excroissances en demie-lune est comparable avec les armes des Bandia (Banda) et des Boa.

Les poignées peuvent être différentes, j’en ai déjà vu de typiquement Mongo ; cela prouve bien que les armes peuvent voyager assez loin.
Il existe également des poignées rares en ivoire sur des types plus près des Makéré et Mangbetu.

 

Descriptif de l'objet

 

Ce grand couteau de type faucille fait partie du 1er groupe surtout employé par les Mongélima-Boa.
Il fait partie des plus grands modèles ; sa décoration en ciselure est magnifique et diversifiée, le tout sur une belle courbe.
Sa largeur la plus importante part pratiquement de la poignée en bois pour s’amenuiser en allant vers l’épaulement extérieur de la pointe.

La tranche extérieure de la lame est crantée d’un bout à l’autre jusqu’à l’épaulement, ainsi que la partie intérieure se trouvant sous l’ergot.

La partie intérieure de la courbe est affutée jusqu’à l’épaulement extérieur.

La lame est ciselée de myriades de points, de tirets, de losanges et de petites lignes parallèles, formant des parties chargées et magnifiques.

La face arrière est lisse mais plus épaisse en son centre axial formant une légère pente symétrique.
Un décor en frise formé de lignes et losanges se découvre en face de l’ergot de protection de la main.

La soie présente une ouverture en lucarne centrale marquée à la manière des forgerons Yakoma.

La poignée est en bois avec une partie longue légèrement conique en descendant vers le bas, puis se termine par un cône court, à facettes et inversé.
La soie traverse entièrement la poignée, et est pliée en bout.

@ll@n