Bumali Pomo 4

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 24 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     56 cm.
  • Poids : 
    480 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois, cuivre .
  • Pays : 
    République Centrafricaine, Gabon, Congo Brazza .
  • Peuple :
    Gbaya
  • Ethnies : 
    Bumali, Pomo.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Panga na visu p 99.
    Kipinga p 174/181.
    Fatal Beauty Traditional Weaponq.
    From Central Africa p 196.

Synopsis

Vie quatidienne 2 (suite)

  
La langue Gbaya est parlée différemment en fonction du lieu où on se trouve.
Par exemple le Gbaya de Bertoua n’est pas toujours celui parlé à Bétaré-oya ou à Garoua Boulaï encore moins celui parlé à Méiganga .
Il y a certaines marques distinctives qui permettent d’identifier la provenance de chacun mais le sens est généralement le même.      

Sur le plan religieux, les Gbaya sont historiquement un peuple animiste.
Mais au cours de leur migration, ils  ont été influencés par l’Islam pour ceux qui vivent dans la zone septentrionale et par le christianisme pour ceux qui vivent à l’Est.
Mais bien qu’appartenant à ses deux religions, ils pratiquent de temps en temps leur religion de départ qui est l’animisme.

Chez les Gbaya, on danse le labi lors des grandes cérémonies.
Au-delà des pas cadencés, cette danse fait partie d’un rite qui prépare les jeunes à la vie adulte.
C’est aussi et surtout la danse des initiés.
Pendant son exécution, on fait appel aux génies qui font entrer certaines personnes en transe et, à travers les incantations, disent les paroles mystérieuses.
C’est aussi une danse au cours de laquelle, ni les femmes, ni les enfants, ni les non-initiés n’ont le droit d’assister sinon ils sont frappés d’une malédiction.
Réf : Auteur Charly Ngon, A la découverte du peuple Gbaya du Cameroun.

 

Descriptif de l'objet

 

Ce couteau faucille est massif et possède deux belles insertions de cuivre très bombées sur la face avant de l’arme.
Elles sont placées de chaque côté de la jonction des nervures de renfort, juste avant le point d’intersection de tête.
Cette arme est légèrement crantée sur la tranche arrière haute du corps ainsi que sous la pointe arrière.
On sent le point de frappe projeté vers l’avant, grâce à la grandeur de tête.
La poignée en bois est forte avec une belle prise en main et une belle patine d’ancienneté.
La lame est d’une belle forge, avec des nervures de renforts bien centrées, et suivant parfaitement la forme générale de l’arme.
Les insertions de cuivre nous guident vers une arme de notable ou de personnage important.

@ll@n