Chamba 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 39 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     40,5 cm.
  • Poids : 
    615 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé.
  • Pays : 
    Nigéria.
  • Peuple :
    Chamba.
  • Ethnies : 
    Chamba.
  • Période estimée : 
    Années 1930-1940
  • Autres informations :
    Ex collection Luc Lefebvre.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Islamic and native weapons, of colonial Africa,
    1800-1960, Anthony C. Tirri p 506.

Synopsis

Sceptre rituel

Les plus anciennes références aux arts de la vallée de la Bénoué apparaissent sous forme de citations dans les récits de voyageurs et de militaires européens du 19e siècle.
Au début du 20e siècle des officiers des armées coloniales anglaises et allemandes consignent des observations complémentaires dans le cadre exclusif de la collecte d’objets.
Les écrits des anthropologues britanniques et de l’ethnologue et collecteur allemand Léo Frobénius les complètent.
Des objets importants illustrant les arts de cette région intègrent les collections de musées européens entre 1890 et 1930.
La région de confluence du Niger et de la Bénoué est depuis plusieurs siècles la terre d’accueil de nombreuses populations successives.
Les incursions des Peul musulmans ont provoqué un mouvement des peuples du nord de la Bénoué vers le sud, ces derniers emportant généralement leurs objets rituels.
Ils se sont progressivement mélangés jusqu’à former de nouvelles communautés, échangeant leurs idées et partageant leur style artistique avec leurs voisins.
Par exemple, les Tiv se sont déployés à partir du sud créant un lien culturel avec des peuples ayant partagé une même histoire, comme les Chamba.
La tradition du travail du fer a non seulement légué des outils essentiels à la vie quotidienne tels que des ustensiles ou des armes, mais a aussi élaboré des moyens de communication avec des forces spirituelles puissantes.
Les forgerons, qui comptaient quelques bronziers, occupaient partout une place importante dans la société, vraisemblablement grâce à leur pouvoir de transformer la matière première en objet fini par l’intervention du feu.
Les marqueurs d’autorité rituelle tout le long de la rivière Bénoué se matérialisaient à travers des lances, des couteaux, des fers forgés et des hochets.
Les objets les plus caractéristiques sont les lances en fer ornées de hochets ou de battant suspendus, considérées comme le matériel le plus puissant utilisé par les spécialistes des rituels.
Ces objets en fer étant très faciles à transporter, ils ont probablement été négociés le long de la rivière ou produits par des forgerons autochtones selon des formes prescrites. 

 

Descriptif de l'objet

 

Sceptre rituel de danse pour l’ethnie Chamba en forme d’oiseau à long bec courbe avec une huppe descendante sur l’arrière de la tête.
Cette arme sceptre est composée de quatre parties assemblées ensemble comme la précédente.
Le corps est composé d’une base cylindrique
se terminant sur une tête de forme triangulaire.
Dans cette tête fendue dans l’épaisseur, vient se loger une lame courbe à épaulement central sertit à l’intérieure par pincement.

A l’angle opposé une pièce en forme de huppe est sertie de la même manière, mais cette fois-ci sur le triangle.
Et pour finir le quatrième élément est formé d’un enroulement large à la base du corps sous la prise en main, en laissant ressortir une virgule remontante à boucle nouée.

La forge est très archaïque et sauvage, avec beaucoup de martelage sans aucune décoration.

@ll@n