Chamba 4

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 25 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    53 cm.
  • Poids : 
    353 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois.
  • Pays : 
    Nigéria.
  • Peuple :
    Chamba
  • Ethnies : 
    Chamba.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ventes enchères Lyon.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Islamic and native weapons, of colonial Africa,
    1880-1960, Anthony C. Tirri p 507.

Synopsis


Groupes culturel de la moyenne Bénoué


La Moyenne Bénoué est la région la plus étendue de toute la Bénoué et la plus complexe en termes d’identification ethnique.

L’établissement des Etats musulmans peuls dans la première moitié du 19e siècle et l’intensification du trafic d’esclaves ont eu un impact dramatique sur les différentes populations locales.
Ces événements ont été suivis par de nouvelles perturbations venues de l’extérieur avec la colonisation britannique et l’arrivée des missions chrétiennes au début du 20é siècle.

La plupart des groupes culturels actuels ont été identifiés dans cette région pendant la période coloniale pour les besoins administratifs des Anglais.

Les autochtones se sont approprié ces identités par souci d’appartenance.
Parmi les différents groupes culturels, on peut citer les Jukun, les Mumuye, les Chamba, les Wurkun, les Goemai et les Montol.
Le style artistique de la moyenne Bénoué se distingue par des sculptures anthropomorphes, des masques horizontaux de forme hybride (mi-homme, mi-animal), ainsi que de remarquables masques verticaux anthropomorphes.
Les étonnantes ressemblances entre ces différents objets d’art reflètent le partage d’une même histoire et les alliances rituelles établies entre peuples voisins.
Dans toute la région, les figures en bois servaient d’intermédiaires rituels pour guérir et protéger les communautés, tout particulièrement des épidémies, de la sécheresse et des guerres.

Les masques horizontaux et verticaux étaient utilisés pour protéger, fêter les moissons, guérir les maladies, pour les funérailles et commémorer les morts ou pour les rites de passage.
Il en est de même pour les objets tels les sceptres, armes et autres objets en métal.
Malgré leurs correspondances, ces objets de forge manifestent des différences stylistiques locales révélant des inventions et des innovations propres à chaque groupe.

Cette hache sceptre, qui évoque les formes ondulantes d’un serpent, était utilisée par les prêtres sacrificiels Chamba pour assurer de bonne récolte.
Dans une danse saccadée.
La hache, était balancée violemment tandis que le prêtre expulsait les mauvais esprits qui cherchaient à nuire à une bonne récolte.
Ce sceptre hache était également utilisée pour chasser les mauvais esprits lors des mascarades et des funérailles de notables.
 

 @ll@n

 

Descriptif de l'objet

 

Ce 2éme sceptre rituel de danse en forme de contre-courbes est dans le même style que celui présenté avant avec, cependant la lame remontant franchement vers le haut et se terminant par une forme de flèche ondulée inhabituelle, un peu comme une tête de serpent.

Quelques petites gravures au départ de poignée, en flashs sur cette lame le long de l’arête centrale en épaulement.
La partie courte, épaisse, est marquée sur une face d’une petite ligne brisée. 
La pointe en bout présente un renfort axial en épaulement et monte à la verticale.
La poignée en bois a souffert : quelques attaques des xylophages et fente de dessiccation du bois.
Ce sceptre chez les Chamba est connu sous le nom de Lamboumgalla.


@ll@n