Mangbetu 2/6 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 21 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     37,5 cm.
  • Poids : 
    565 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1900
  • Autres informations :
    Ex collection belge.
    Ex collection Carlos Pieters.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms Monographs Vol 1/n°3 p 34.
    Afrikanische Waffen p 73,
    Werner Fischer/Manfred A. Zirngibl.
    White gold, Black hands: Ivory sculpture in Congo, p 174,178.
     

     

Synopsis

  les fondeurs

Les fondeurs étaient distincts des forgerons.
Selon les informateurs modernes, le rituel de la fonte excluait les femmes et, dans le cas de la double cloche du roi (instrument de cour et symbole clé de l’autorité d’un chef), impliquait le sacrifice humain et le cannibalisme.
Les soufflets des Mangbetu étaient faits de bois recouvert de feuilles de bananier et étaient utilisés par quatre (les soufflets des Zande étaient recouverts de cuir).
Les fondeurs devaient s’abstenir de tout rapport sexuel avant de commencer à fondre et étaient assistés d’un praticien du naando, qui mâchait la racine de naando et chantait les chants sacrés qui garantissaient un bon résultat.

Des substances étaient utilisées pour produire des objets très similaires.
Les épingles à cheveux étaient faites d’ivoire, de bois, de fer et de cuivre ; les boîtes à tête presque identique  étaient certainement fabriquées par le même sculpteur, faites d’écorce, d’ivoire et de bois.

Les manches de couteaux et de lances étaient le plus souvent en bois, mais parfois en fer et les pendentifs en cuivre, en laiton et en fer avaient la forme de canines.

Au début de la période coloniale, l’idée de rendre un objet dans un nouveau matériau a été appliquée à des objets traditionnels, comme les arcs de chasse, et à de nouveaux types d’objets, comme les fourchettes et les cuillères européennes.
Ces objets non fonctionnels étaient fabriqués dans le seul but d’être admirés en tant qu’art.

           Maison de Matubani, village d’Okondo 1910. AMNH Archives 111843

Descriptif de l'objet

 

 Belle faucille descendante de type 2, avec un beau travail de forge.
La forge est assez brute, on distingue les marques de martelage et de scories du métal.
La nervure de renfort est épaisse et rigide dans la continuité de la soie, le bas à ras de la poignée est strié sur la face avant, pas sur l’arrière, ce qui est habituel.
Trois trous sont présents dans la lame, assez gros, mais pas bien concentriques.
 
La poignée est en ivoire d’éléphant, typique du modèle et de l’époque, légèrement arquée et assez conséquente, elle tient bien dans la main.  
L’affutage part de l’ergot du haut à l’arrière de lame jusqu’au bas de l’ergot de la courbe intérieure.
Les trois ergots sont épais et coniques à six faces.
Belles armes de dignitaire ou notable du village.
@ll@n