Mangbetu type 2/2 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 20 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    41 cm.
  • Poids : 
    478 grammes.
  • Matériaux : Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Mangbetu.
  • Ethnies : 
    Saka, Ngandu, Lalia.
  • Période estimée : 
    Années 1900-1920
  • Autres informations :
    Ex collection belge.
    intermédiaire Luc Lefebvre.
    Collection Mémoire-africaine.

 

  • Réf. littéraires : 
    Beauté fatale Jan Elsen p 190.
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 34.

Synopsis

Les Mangbetu et l’art  


Une grande partie de la culture matérielle des Mangbetu a probablement été empruntée aux peuples conquis, mais les Mangbetu ont encouragé le développement de tous les arts des peuples sous leur contrôle.


Parmi les exemples de leur artisanat, on trouve des chaînes et des couteaux forgés de manière complexe avec des manches en ivoire sculpté, des décorations géométriques sur les corps, les pots, les nattes et les maisons, une coiffure distinctive qui mettait en valeur leurs têtes artificiellement allongées, des tabourets, des plats, des gongs, des trompettes et des canoës soigneusement sculptés, ainsi que des têtes humaines finement formées en argile et en bois  avec l’allongement de la tête.

En 1870, le botaniste allemand Georg Schweinfurth a été le premier Européen à atteindre les Mangbetu, qui vivent dans le nord-est de la République Démocratique du Congo.

Son récit d’exploration les décrit comme aristocratiques et élégants.
Leurs cours royales, leur pratique consistant à accentuer l’allongement de leur tête par des coiffures élaborées, leurs danses de cour, leur architecture royale et leurs arts ont attiré les photographes occidentaux, puis les cinéastes, dans la première moitié du XXe siècle.

Le nom Mangbetu fait strictement référence à l’aristocratie dirigeante, qui a régné sur la région au cours du 19e siècle.

Le chef suprême héritait de sa position et contrôlait de nombreux sous-royaumes dans toute la région.
Souvent, il nommait ses proches ou des chefs subjugués pour être ses porte-parole dans ces villages.
La plupart des personnes qui vivent dans la région ne sont pas originaires des lignées mangbetu, mais ont été subjuguées par elles.
Les villages individuels sont gérés en fonction des relations des habitants avec les lignées fondatrices Mangbetu.


                    Femme Mangbetu avec ses pics en os de singes dans sa coiffure.

 

Descriptif de l'objet

 

Ce grand couteau faucille fait partie du modèle typique 2 des forgerons Mangbetu.
L’arme a une poignée solide en ivoire, assez longue sur celle-ci.
Une excroissance conique est présente de chaque côté de la lame, le renfort de lame est présent recto-verso sur l’arrière de l’arme.

Deux gros trous identiques sont visible au centre de l’arme et une partie basse hachurée sur une seule face à la base de la poignée.

La patine de l’ivoire est parfaitement douce et satinée, la soie traverse complètement la poignée.
Par sa forge il rappelle un peu la forme élancée des couteaux Meje.


@ll@n