Medje Budu 2 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 20,5 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     43 cm.
  • Poids : 
    432 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais.
  • Ethnies : 
    Medje, Budu, Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1890-1920
  • Autres informations :
    Ex collection belge.
    Ex collection Luc Lefebvre
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 40.
    Fatal beauty Traditional weapons from central Africa p 209.
    White Gold, Black Hands Ivory and
    weapons in Congo p 184 fig 8/45.

Synopsis

Qui sont les Mangbetu?


Les Mangbetu sont un amalgame de peuples linguistiquement et culturellement apparentés du nord-est de la République Démocratique du Congo.

Le nom Mangbetu fait donc référence à un grand groupe de personnes du nord-est de la (RDC).
La région des Mangbetu est composée à la fois de forêt et de savane. 
Au début du XIXe siècle, les Mangbetu n’étaient qu’un des nombreux petits groupes de personnes qui s’installaient à la lisière nord de la forêt tropicale zaïroise.
À cette époque, le chef Mangbetu, Nabiembali, a rassemblé un groupe de guerriers et s’est déplacé vers le nord en traversant le cours supérieur de la rivière Bomokandi pour soumettre des groupes de Mangbele et de Mabisanga.

Peu de temps après, il poursuivit l’expansion des Mangbetu en conquérant d’autres peuples de la région, parmi lesquels des groupes de Madi, Bangba, Mayogo, Mamvu, Makango et Barambo.

L’importance majeure des conquêtes de Nabiembali est qu’il a incorporé des peuples ne parlant pas le kere dans son royaume.

Ses conquêtes représentaient la première fois que le pouvoir était exercé sur une base territoriale.
Les Mangbetu sont fondamentalement patrilinéaires.
En même temps, les oncles maternels d’un homme sont très importants.
Autrefois, il était courant qu’un neveu puissant soit accepté comme souverain sur sa famille maternelle.
Le fils du neveu devenait alors l’héritier du pouvoir de son père.
La tradition de donner des femmes à des groupes non apparentés ou d’échanger des femmes avec eux était liée à ces pratiques.

Cette pratique était acceptée dans toute la région comme une forme de pacification ou d’alliance, mais Nabiembali et les Mangbetu qui l’ont suivi ont transformé cette coutume en une institution de contrôle des nombreux groupes ethniques qui étaient représentés parmi leurs sujets.

( Suite dans Medje Budu 3)
 

Sources: Diglib 1.amnh.org,

Kwekudee-tripdownmemorylane.blogspot.com .
University of Iowa Stanley Museum of Art 

                                         Intérieur d’une case Mangbetu.
                             Miroir du Congo Belge. édition N.L.A 1929.

Descriptif de l'objet

 

Ce grand couteau faucille est attribué aux Medje, il rappelle également les Baali, mais il n’a pas d’excroissance sur le côté extérieur.

La lame forgée, malgré sa faible largeur, est bien rigide et a une légère épaisseur centrale recto-verso.

Belles marques de martelage sur la surface de la lame.
Elle est ajourée de deux trous dans la courbure de faîtage avec juste en face une petite excroissance triangulaire prenant naissance sur l’arête.
Un trou est également présent sur la partie basse au-dessus du téton intérieur.
La partie courbe en bas de lame, entre l’excroissance et la petite gâchette, est entièrement striée de hachures ciselées ainsi que le bout des trois excroissances.
La poignée en ivoire est juste assez longue pour tenir dans la main, à peine 10 cm.

La poignée à des fêlures de dessiccation dues à l’ancienneté.

@ll@n