Medje Budu 3 Ivoire

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 17 cm au plus large. 
  • Hauteur :
     44 cm.
  • Poids : 
    603 grammes.
  • Matériaux :
    Fer forgé, ivoire.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo.
  • Peuple :
    Congolais
  • Ethnies : 
    Medje, Budu, Lése, Mangbetu.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1910
  • Autres informations :
    Ex collection Helmut et Marianne Zimmer. Suisse.
    Vente Hammer, Auction Zurich.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Tribal arms monographs vol 1/n°3 p 44.

Synopsis


Qui sont les Mangbetu ? (suite)


L’un des principaux avantages de cette pratique était qu’elle pouvait donner à un clan faible un chef fort, grâce aux liens maternels du clan ; cependant, Nabiembali a utilisé cette pratique à l’inverse.

Il a développé une stratégie consistant à épouser de nombreuses femmes, non seulement pour augmenter la productivité, afficher sa richesse et avoir de nombreux fils, mais aussi pour légitimer ses conquêtes et étendre son contrôle.
Cette politique a fonctionné dans la mesure où certains de ses fils ont été acceptés comme souverains parmi les peuples de leurs mères.

Or, parce que ses fils ont cherché à étendre leur propre pouvoir et l’influence de leurs clans maternels (sur lesquels ils régnaient), et parce qu’ils ont contesté l’autorité de leur père, le pouvoir centralisé et l’étendue de la domination Mangbetu ont fini par s’affaiblir.

La justification du chef des Mangbetu était liée à deux concepts, nataate et nakira. « Nataate », traduit librement, fait référence à la capacité de faire d’une personne, ou à ses compétences sociales.
« Nakira » fait référence à l’intelligence d’une personne ou à ses compétences techniques et mentales.
Nataate est le pouvoir dynamique qui existe dans une personne et qui fait qu’elle est respectée par les autres.
Nakira est l’aptitude d’une personne dans presque tous les domaines, mais particulièrement dans la danse, le chant et l’art oratoire.

Le critère mangbetu pour la succession était une combinaison de liens héréditaires et de capacités.
Les nataate et nakira supérieurs étaient sérieusement pris en compte dans le choix du successeur du souverain ; ainsi, un fils aîné incompétent pouvait être rejeté en faveur d’un frère cadet plus compétent.

Dans la pratique, de nombreux problèmes de succession ont résulté de cette formule imprécise pour le transfert du pouvoir.
(suite dans Medje Budu 4)

Schildkrout, Enid, Jill Hellman, et Curtis A. Keim. 1989. « Poterie Mangbetu : Tradition and Innovation in Northeast Zaire ». African Arts 22 (2) : 38-47.) © 2002 Musée américain d’histoire naturelle

                    Femme Mangbetu avec sa coiffe et ses épingles en os de singes.

Descriptif de l'objet

 

Très belle arme de type faucille et certainement de forge Medje avec les deux faces légèrement bombées et de belles marques de forgeage marbrées.
Arme de prestige, assez lourde avec une belle poignée en ivoire ambrée très patinée.
Cette poignée est ciselée de décors en lignes sur sa partie haute elliptique, et différents recto-verso.
L’épaulement de base est formé de huit côtés à peu près égaux.
La base de la lame au niveau de la soie rappelle le travail mangbetu mais il n’y a aucun renfort de lame ni d’axe central comme sur le travail mangbetu.
La forme de lame rappelle également les Budu, mais aucune lame Budu n’a d’écrasement sur le côté de la base de la soie.
Une perforation se distingue en bas de lame et deux autres dans la courbe de tête.
L’amincissement d’affûtage fait le tour complet de lame sur une bonne largeur.
L’ergot de gauche et la partie en pente implique le travail medje.
L’ergot long de droite sans décoration remonte légèrement.

@ll@n