Nzakara 1

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 19 cm au plus large. 
  • Hauteur :
    47,5 cm.
  • Poids : 
    342 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, bois.
  • Pays : 
    République Démocratique du Congo,
    Ouganda, Sud Soudan.
  • Peuple :
    Bandia.
  • Ethnies : 
    Nzakara, Zandé, Banda.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1910
  • Autres informations :
    Ex collection de Mr/Mme Fourrure par héritage du Gd pére (1920 ) au petit fils 2021.
    Acheté en lot de 9 armes, 1900-1920.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
     Ijzerwerk van centraal-afrika. Gp IV p 59 et 80
    H. Westerdijk
    .

Synopsis

Influences de style.


Très belle faucille Nzakara, utilisée également par les peuples Banda et ethnies suivantes, Langbase, Gobu, Togbo, Mono.

Et en République Centrafricaine : les Mbugbu, Togbo, Gbanziri, Yakpa, Langba, Sabanga, Vidri, Wada, Ngapu et, également à l’ouest, par des non Banda comme les Nzakara et les Manza.

Ces types « faucille » ont principalement été produits par les Banda, facilement reconnaissables par leurs ciselures et leurs poignées.

Par contre, il est très difficile de les attribuer à une peuplade spécifique.
Je pense que ces couteaux en général pas trop grands servaient comme faucilles de cérémonie pour les danses exécutées  par les jeunes filles pour leur initiation, et les plus grands pour les personnes âgées ainsi que pour les riches notables.
Celles qui pouvaient servir pour la guerre étaient plus simples et moins décorées.
Parfois on en voit certaines avec une excroissance basse qui semble traverser la base du corps et avec double crochet, ce qui permettait de fixer une attache de transport.

@ll@n

 

Descriptif de l'objet

 

Belle arme de type faucille forgée par les ethnies Nzakara, Banda, d’Afrique centrale.
La lame est bien rigide et assez épaisse avec une surface avant légèrement convexe, a contrario, bombée sur la face arrière.

Dans la partie centrale convexe, sont ciselées deux lignes profondes, parallèles accompagnées de deux petites lignes en vagues fines.
À l’endroit de la courbure, la lame est plus large, elle est crantée sur l’épaisseur, ainsi que l’épaulement d’arrêt de la tête.
Dans cette partie plus large, on découvre trois lignes formées de triangles, remplis de petits quadrillages très fins.

À partir de l’ergot côté intérieur jusqu’à l’épaulement en passant par-dessus la pointe sommitale, la lame a une bonne pente d’affutage.
La partie basse au niveau de la poignée est ciselée de lignes verticales profondes et parallèles.
Cette partie est surmontée par un ergot cranté sur son arrête et se terminant par deux boucles inversées.
En face de cet ergot, une excroissance en creux forme un petit angle sur l’arrière.
La soie traverse la poignée en bois – travaillée en partie conique inversée de style Banda – pour finir en petite boucle fermée.
 
@ll@n