Sara-Daye 2

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 19 cm. 
  • Hauteur :
    54 cm
    .
  • Poids : 
    298 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé.
  • Pays : 
    Tchad (extrême sud).
  • Peuple :
    Sara.
  • Ethnies : 
    Sara-Daye.
  • Période estimée : 
    Années 1920-1930.
  • Autres informations :
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Panga na Visu p 80.
    African arms and armour p 72.

Synopsis

La société secrète des hommes-lions

 

La confrérie des hommes-lions est une société secrète très crainte qui existe chez certains peuples Sara du sud du Tchad.

On la retrouve chez les Mbaye (particulièrement chez les Bédjou à Nara à 10km de DIlingala chez le Chef Ndotam, le grand-pere maternel de l’énarque et administrateur Kodjim Asdodji Amos), les Daye, les Nar, les Bédjond et les Kon-Ngam (Ngam de l’Ouest).
Lors des opérations, les membres sont recouverts presque entièrement de peaux de chèvres ou d’animaux sauvages, portent des semelles de bois imitant les empreintes des lions et soufflent dans des calebasses en forme de gourde.
Cette société joue le rôle de police secrète au service de chefs de terre qui s’en servent pour se débarrasser d’individus nuisibles à la vie sociale: sorciers, brigands, personnes maintes fois coupables d’adultères, etc.
Cependant, elle peut dégénérer aussi en une horde de tueurs à gages.

Les hommes-lions pratiquent aussi des chasses collectives où tous les animaux rencontrés sont tués et entièrement consommés en brousse.
Ils excellent dans l’art du camouflage et de l’hypnotisme.
L’adhésion à la société se fait de deux manières.
Par filiation: un fils d’homme-lion est de facto admissible dans la société. 

Ou par vocation: on fait une demande expresse d’adhésion lorsque l’on ne peut se réclamer d’une ascendance ayant fait partie de la société.
Dans tous les cas, le candidat doit subir des épreuves initiatiques où  force, intrépidité et courage prévalent : il apprend ainsi à tuer un animal de n’importe quelle taille d’un seul coup de sagaie, à courir avec un gros tronc d’arbre au dos, à manier habilement l’hameçon servant à la chasse des hommes-lions, à souffler dans la calebasse-gourde, etc.
Comme toute société secrète, la règle d’or est l’omerta, la loi du silence.

Plusieurs tabous réglementent leurs vies. Une blessure à la hache leur est mortelle.
Comme autre tabou, il est interdit de traverser la cour d’un homme-lion en roulant un cerceau ou de le frapper avec une tige de mil.

L’influence des hommes-lions a commencé à décroitre au milieu des années 1950 sous l’action conjuguée du christianisme, qui y voit des pratiques diaboliques, et de l’administration coloniale, qui seule détient désormais le droit de vie ou de mort sur les administrés.
La société reste la principale attraction lors des grandes manifestations culturelles Mbaye comme lors du Centenaire de la ville de Moïssala  en .

(Référence Wikipédia)

Descriptif de l'objet

Ce couteau rituel  ngéegue, représente le principe féminin parmi les personnes de l’ethnie Sara Daye.
Avec un autre couteau de jet, nga-til, (mâle), le ngéegue constitue l’arme la plus vénérée des Sara Daye.
Celui-ci est beaucoup plus ancien que le numéro 1 déjà présenté et plus rare. 
Hormis la forme, ce sceptre me fait vraiment penser aux travaux de forge des Sara-Laka, surtout sur la forme de la section de ce sceptre.

L’arrière est plat comme les armes de jet, la face avant possède un méplat sur toute la surface centrale d’où part la pente d’affutage du tour de lame.
L’excroissance en ergot au départ de la contre-courbe est affinée par forgeage et le bout est terminé en pointe.
L’extrême bout de lame et recourbé vers l’extérieur et forme une petite boucle.

Le méplat central est ciselé d’une ligne brisée à mi-hauteur, puis, sur ses arêtes, de petits flashs en biais à peine visibles par endroit, certainement à cause d’un polissage d’usure.
Le bas du corps se termine par une pointe cylindrique recourbée en boucle fermée sur l’épaulement du corps.
Ce genre de bouche sert en général pour y fixer un lien de transport en fibre ou lanière de cuir.
 
@ll@n