Yangere Kaka 1

Fiche technique

  • Taille
    Largeur de tête : 34,5 cm. 
  • Hauteur :
    43 cm.
  • Poids : 
    366 grammes.
  • Matériaux : 
    Fer forgé, fibres de rotang.
  • Pays : 
    Afrique centrale, Cameroun.
  • Peuple :
    Banda.
  • Ethnies : 
    Gbaya, Yangere, Kaka.
  • Période estimée : 
    Années 1880-1920.
  • Autres informations :
    Ex collection Fourrure.
    Collection Mémoire-africaine.
  • Réf. littéraires : 
    Kipinga p 173.
    Seltene Afrikanische Kurwaffenp 44.
    Beauté fatale p 149.
    The African Throwing Knife S.P XII.
    Les couteaux de jets du sud, Luc Lefebvre p 29/31.

Synopsis

Yangere.

Les Yangere issus de groupe d’origine Banda, chassé du Dar Banda, ont migré vers 1800-1820.
Ils ont transporté avec eux leur savoir de forgerons et leur armes, notamment les formes des couteaux « odo » des Banda .
Ils se sont répartis et intégrés aux peuples Gbayas en pérennisant leur propre design de forme.

Les Kaka d’origine Yangere vivent entre les ethnies Gbaya et les Ndzimu.

Il est dit que les Yangere étaient les principaux forgerons utilisateurs et fabriquants de ces couteaux de jets appelés « kpenga ou Binga ».
Ils maitrisaient la technique de forge et de fabrication et leur savoir-faire s’est transmis aux proches voisins Gbaya.

Les Kaka sont une population du Cameroun vivant dans la Région de l’Est et le département de la Kadeï, notamment dans les arrondissements de Batouri, Mbang, Ndelele et Nguelebok.
Certains vivent aussi de l’autre côté de la frontière, en République Centrafricaine et font partie du groupe des Gbaya.

 

Méthode de jet des Yangere.

Descriptif de l'objet

Belle marque de martelage de forge pour cet ancien couteau de jet Yangere.
La face avant est moins brute que l’arrière qui porte de belles marques plus profondes.

L’ergot du bas est large et triangulaire, les ailes du haut sont grandes et bien rigides.

La face plane est encore noire en comparaison du pourtour clair de la pente d’affutage.

La partie basse possède encore son habillage en fibre végétale « rotang », sorte d’osier sauvage, magnifiquement bien tressé.

Belle arme pas très courante.

@ll@n